CERMAL nurse Matsanga Stanie, patient visitation room for vitals and sample collection. Rapid tests (malaria)

Fièvre et paludisme

Nous travaillons à améliorer le diagnostic des maladies fébriles afin de réduire les décès dus à la fièvre et au paludisme.

600 millions

de cas de fièvre infantile chaque année

Toute personne

susceptible d'avoir le paludisme devrait être testée avant le traitement

2030

est visé pour l'élimination du paludisme

La prise en charge de la fièvre est complexe en raison du chevauchement des symptômes de différentes maladies.

Rien qu’en Afrique, les enfants connaissent 600 millions de cas de fièvre chaque année. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, les professionnels de la santé ne disposent généralement pas des outils de diagnostic nécessaires pour faire la distinction entre les maladies fébriles, ce qui complique la gestion de la santé infantile.

Dans certains pays, en particulier en Afrique, la cause de la fièvre est très souvent le paludisme. Le paludisme est une cible ambitieuse pour l’élimination mondiale d’ici 2030, mais chaque année, des centaines de millions de nouveaux cas surviennent encore, et des centaines de milliers de personnes meurent de la maladie. Les diagnostics sous-tendent les efforts d’élimination du paludisme, permettant aux personnes avec et sans symptômes d’être traitées de manière appropriée. Il est de plus en plus important de faire la distinction entre les différentes espèces de parasites responsables de l’infection pour orienter les stratégies de traitement différenciées, à mesure que de nouveaux médicaments ciblant des parasites spécifiques deviennent disponibles.

L’OMS recommande que tous les patients suspectés de paludisme soient testés avant de recevoir le traitement. Mais lorsque le test est négatif, la prescription d’un antibiotique à large spectre est souvent la ligne de conduite par défaut – même si la fièvre peut être due à un virus, auquel cas l’antibiotique sera inefficace. La prise de médicaments inappropriés n’est pas seulement mauvaise pour les patients, elle peut également contribuer au développement de la résistance aux antimicrobiens.

Lorsqu'un professionnel de la santé est devant un jeune enfant atteint de fièvre, il doit être en mesure de dire immédiatement si cet enfant a besoin de soins médicaux urgents pour quelque chose qui met sa vie en danger, comme le paludisme ou la dengue grave, ou s'il a juste besoin d'antibiotiques pour une infection mineure.

Cassandra Kelly-Cirino

Vice-présidente, Programmes

Notre stratégie se concentre sur le soutien au développement de nouveaux outils qui peuvent améliorer le triage et le diagnostic différentiel sur le lieu des soins, y compris les tests de paludisme de prochaine génération nécessaires à l’élimination de la maladie, ainsi que la génération de données pour éclairer la mise en œuvre et la mise à l’échelle de nouvelles approches pour améliorer l’accès au diagnostic des maladies fébriles (telles que les aides électroniques à la décision clinique). Nous travaillons également avec des partenaires pour améliorer la surveillance afin d’éclairer le déploiement des campagnes de vaccination contre six maladies évitables par la vaccination.