Monitoring by CRPs of SHG (self-help groups) Photo credit: FIND & MYRADA/Shivram Manthena

Santé féminine

Nous nous efforçons de renforcer les services de santé des femmes en améliorant l'accès au dépistage essentiel du VPH pour la détection précoce du cancer du col de l'utérus.

Une femme meurt

toutes les 2 minutes du cancer du col de l'utérus dans le monde

70% des femmes

devraient effectuer un dépistage du cancer du col de l'utérus deux fois dans leur vie

Moins de la moitié

des femmes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire ont déjà effectué un dépistage du cancer du col de l'utérus

Le cancer du col de l’utérus est un problème de santé majeur dans le monde, affectant de manière disproportionnée les femmes des pays à faible revenu et les femmes pauvres au sein des pays, une disparité d’autant plus inacceptable qu’il s’agit d’une maladie évitable.

Les mesures que nous connaissons dans le domaine du travail contribuent à une diminution spectaculaire de l’incidence du cancer du col de l’utérus dans les pays à revenu élevé, mais ces mesures n’atteignent pas actuellement les régions où la charge de morbidité est la plus élevée et où ces services sont donc les plus nécessaires. Le cancer du col de l’utérus a été responsable de 342 000 décès en 2020, dont la majorité était des femmes vivant dans la pauvreté, vivant dans des pays à faible revenu et des femmes vivant avec le VIH. C’est en Afrique que l’incidence du cancer du col de l’utérus et la mortalité associée sont les plus élevées, avec des taux de mortalité jusqu’à 18 fois plus élevés dans certains pays que dans d’autres régions.

Le 2e pilier de la stratégie mondiale de l’OMS pour l’élimination du cancer du col de l’utérus exige qu’au moins 70 % des femmes soient dépistées pour le cancer du col de l’utérus à l’aide d’un test VPH de haute performance avant l’âge de 35 ans et de nouveau avant l’âge de 45 ans. Les femmes séropositives devraient être dépistées plus souvent en raison de leur risque plus élevé de maladie. La génération actuelle de femmes adultes a déjà été exposée à des souches de VPH à haut risque, de sorte que la vaccination prophylactique contre le VPH ne leur sera pas bénéfique. Malgré ce fort impératif pour le dépistage, seulement 44 % des femmes dans les pays à revenu faible et intermédiaire ont déjà été dépistées pour le cancer du col de l’utérus, comparativement à des taux de dépistage de plus de 60 % dans les pays à revenu élevé. Le dépistage soutient directement l’objectif de réduction de 30 % de la mortalité d’ici 2030 : des vies seront sauvées en combinant un dépistage intensif et des programmes de prévention par la vaccination contre le VPH, permettant aux pays les plus touchés par le cancer du col de l’utérus d’atteindre de manière réaliste le seuil d’élimination.

Les nouveaux tests VPH à haute performance, associés à l’auto-prélèvement, sont adaptés aux modèles de soins communautaires qui se sont poursuivis malgré les mesures de lutte contre la pandémie. Ceci est corroboré par un ensemble de preuves montrant que l’auto-prélèvement pour le test VPH est tout aussi efficace en termes de qualité de l’échantillonnage par rapport à la collecte d’échantillons par le prestataire de soins de santé. En outre, des études sur les préférences des femmes ont montré que l’auto-prélèvement est à la fois acceptable et préférable aux examens pelviens effectués par un prestataire de soins de santé. Ce choix supplémentaire pour les femmes ajoute de la flexibilité à la conception des programmes de dépistage du cancer du col de l’utérus, augmentant la résilience des services de santé et permettant, le cas échéant, des approches ciblées basées sur le risque, conformément aux directives de l’OMS pour le dépistage, qui différencie par exemple l’intervalle de dépistage pour la population générale par rapport aux femmes vivant avec le VIH.

La pandémie de COVID-19 a accru la préparation des décideurs et des prestataires de services à accélérer l’adoption d’outils de dépistage du VPH plus pratiques et à ignorer les anciennes méthodologies. En outre, de nombreux pays à revenu faible et intermédiaire ont investi dans des plateformes de test COVID-19, qui prennent également en charge les tests VPH haute performance.

Notre objectif est d'aider à fournir aux femmes un dépistage essentiel du VPH, afin que celles qui en ont besoin puissent accéder au traitement du cancer du col de l'utérus et que des vies puissent être sauvées.

Sergio Carmona

Médecin en chef

Notre stratégie de lutte contre le cancer du col de l’utérus aide les pays à atteindre l’objectif de dépistage du deuxième pilier de la stratégie mondiale de l’OMS visant à éliminer le cancer du col de l’utérus en tant que problème de santé publique. Il y parvient en mobilisant l’adoption rapide du dépistage du cancer du col de l’utérus basé sur le VPH et en améliorant la compréhension des modèles de dépistage centrés sur les femmes dans les pays à revenu faible et intermédiaire, intégrés dans les communautés et dans les services de soins de santé primaires.

En collaboration avec nos partenaires, nous prévoyons de :

  • soutenir les approches communautaires en matière de plaidoyer, d’éducation et de génération de la demande pour les outils VPH haute performance, afin de contribuer à intensifier le dépistage
  • accélérer l’adoption d’une technologie centrée sur les femmes
  • améliorer l’accès à des tests de dépistage abordables

Le VPH et le cancer du col de l'utérus

En savoir plus sur notre stratégie visant à accroître l'accès au dépistage du VPH et à atteindre les objectifs d'élimination du cancer du col de l'utérus fixés par l'OMS.